Trouver un bien

Vente
Location
Viager

Le viager, Une solution d’avenir ?

Publié le 17 février 2020
Rochat-Immobilier-12162019_183157
Rochat-Immobilier-12162019_183616
Rochat-Immobilier-12162019_183537

Jean-Philippe Guinet du cabinet Rochat Viagers nous reçoit dans son agence lyonnaise pour un échange qui met un terme à bien des idées reçues !

Spécialiste du viager depuis 1922, le cabinet accompagne ses clients dans toutes les étapes de ce projet immobilier qui présente bien des avantages, encore trop méconnus. « Le viager souffre d’une connotation négative alors qu’il s’agit véritablement d’un investissement rentable et socialement responsable » souligne Jean-Philippe Guinet. « Le viager représente aujourd’hui seulement 1% des transactions immobilières, mais le marché ne cesse de croître. Avec 8 000 ventes en 2018, c’est +5% en un an. »

Une opération qui peut s’avérer très intéressante pour des propriétaires vendeurs qui, en restant chez eux en toute sérénité, touchent une rente viagère exempte d’impôts à 70 %. Un système qui leur permet d’augmenter leurs revenus de manière permanente et sécurisée, de ne plus avoir de charges de propriétaires à régler et d’anticiper leurs successions. « Vendre en viager est un moyen de rendre liquide un patrimoine, de répondre à une problématique financière en percevant un capital à vie. On hérite de soi-même en quelque sorte. C’est une solution de plus en plus adaptée à la situation économique et une réponse aux problèmes de retraite, de maintien à domicile et de dépendance.»

L’opération est tout aussi avantageuse pour l’acheteur. « Acheter en viager vous permet de constituer un patrimoine, de réaliser une épargne douce et un placement «pierre» sécurisé » ajoute Jean-Philippe Guinet. « En fonction de l’âge du vendeur, de l’estimation du bien et de sa valeur locative, est calculée une décote. Au final, l’acquéreur achète le bien 30 à 50 % en dessous de sa valeur ! » Reste l’aléa lié à la durée du viager qui peut faire peur aux éventuels prétendants. « L’acheteur dispose du bien en cas de départ anticipé du vendeur. Cela arrive lorsque le vendeur quitte son logement pour aller habiter en maison de retraite par exemple. A ce moment-là, l’acquéreur peut le mettre en location ou l’occuper. »

Vous souhaiter vous lancer dans un projet de viager ou du moins étudier la solution en tant que vendeur ou acheteur ? L’équipe de Rochat Viager bénéficie d’une longue expertise et vous éclairera sur tous les rouages d’une telle opération financière et immobilière. Un dispositif destiné à se développer, pensé comme un moyen de transmission anticipée du patrimoine et de financement de l’autonomie des seniors.

Le viager occupé 

Dans le cadre d’un viager occupé, le vendeur (crédirentier) se réserve le droit d’habitation pendant toute sa vie durant, assurant à ce titre les charges dites «locatives», l’acquéreur (débirentier) n’ayant la jouissance du bien qu’à l’extinction du droit d’usage d’habitation, soit par la libération du bien par le vendeur ou au plus tard à son décès. Acheter en viager: c’est acheter un bien immobilier, dont tout ou une partie du prix est convertie en une rente payable la vie durant du ou des vendeurs. Une éventuelle occupation des lieux par le vendeur sa vie durant entraîne, par rapport à la valeur vénale, un abattement conséquent, établi en fonction de l’âge du ou des vendeurs. Il existe deux types de viager occupé : avec rente, cas où le vendeur bénéficie d’un « revenu » régulier ou sans rente lorsque le vendeur perçoit un capital, lui permettant notamment d’anticiper une succession.

Le Viager libre

Dans le cadre d’un viager libre, le vendeur (crédirentier) n’en conserve pas l’usage, l’acquéreur (débirentier) en a immédiatement la libre disposition. Il peut soit l’occuper personnellement, soit le louer et en retirer les fruits.


Rochat Immobilier

26, cours Suchet 69002 LYON

Tél. : 06 11 34 76 04

contact@rochat.immo